English

Les travailleuses et travailleurs sociaux inscrits,  ici pour vous, avant la COVID-19.  étaient là pour vous maintenant.  #VousN'êtesPasSeuls

Merci d'avoir pris part aux célébrations avec nous

La Semaine du travail social 2021 a connu un énorme succès, nous donnant une occasion opportune de mettre la profession en valeur et de la célébrer! Elle se poursuit en offrant encore à nos membres et aux travailleuses et travailleurs sociaux de toute la province la possibilité de se réunir virtuellement afin de prendre part à des activités éducatives et à un perfectionnement professionnel de haute qualité, notamment par le biais de la série de séminaires du printemps de l'ATTSO. Nous sommes très reconnaissants du leadership exceptionnel dont ont fait preuve nos ambassadrices et ambassadeurs et réseaux de l'engagement local en planifiant et en organisant plus de 15 activités virtuelles à l'échelle de la province pendant la Semaine du travail social. Nous tenons également à remercier nos nombreux partenaires et membres qui ont fait connaître le rôle essentiel des travailleuses et travailleurs sociaux par des récits et des messages, notamment dans leurs médias sociaux et au sein de leurs organisations (communications avec les employés). Le mois de la Semaine du travail social se poursuit tout au long du mois de mars et nous espérons que vous continuerez d'appuyer la profession et de la faire valoir.

Découvrez quelques exemples du contenu diffusé par le biais des mots-clics #SemaineDuTravailSocial2021 et #VousN'êtesPasSeuls.

• Twitter: #SemaineDuTravailSocial2021 | #VousN'êtesPasSeuls
• LinkedIn: #SemaineDuTravailSocial2021 | #VousN'êtesPasSeuls
• Facebook: #SemaineDuTravailSocial2021 | #VousN'êtesPasSeuls

Si vous l'avez manqué


Vous accompagner. Vous représenter.

En mars 2021, plus de 20 000 travailleuses et travailleurs sociaux inscrits (TSI) partout en Ontario célèbrent la Semaine du travail social. La campagne de cette année se déroule alors que les membres de l'ATTSO se dévouent activement à offrir du soutien aux Ontariennes et Ontariens, notamment en matière de santé mentale et de lutte contre les dépendances, dans les cas de détresse de personnes soignantes, et à toute personne en situation de pauvreté, de deuil et d'itinérance, pour ne nommer que quelques exemples. La pandémie n'a pas facilité la tâche des travailleurs sociaux, qui continuent également d'appuyer les membres de la population ontarienne dans toutes les communautés et au sein de tous les milieux qui ont besoin de soins chroniques et de courte durée à domicile et qui comptent sur les soins ambulatoires, les soins à long terme et les soins palliatifs.

Le thème de la campagne de cette année, Vous n'êtes pas seuls, est à la base des valeurs inhérentes de la pratique du travail social visant à faire progresser la diversité, l'inclusion et la justice sociale, et à lutter contre les injustices par la promotion de soutiens accessibles et essentiels. Cette occasion permet également de reconnaître les efforts extraordinaires des travailleuses et travailleurs sociaux, notamment celles et ceux eux qui œuvrent aux premières lignes de la COVID-19 et qui ont fait preuve d'un dévouement absolument exceptionnel en servant leurs clients et la population.

Les TSI, y compris les membres dont nous vous présentons le profil ici, travaillent sans relâche aux côtés de leurs pairs et de leurs collègues dans divers milieux, notamment au soutien de la santé mentale des Ontariennes et Ontariens, et ils continueront de le faire à mesure que les effets et les conséquences de la pandémie se prolongeront au sein de la prochaine génération. Ils font partie des milliers de membres qui, par le biais d'un réseau de soutiens communautaires ou dans le cadre de leur pratique privée, répondent aux besoins uniques des particuliers et des familles. Les histoires que nous vous présentons ici ne sont que quelques-uns des nombreux exemples qui montrent comment les travailleuses et travailleurs sociaux aident les gens à améliorer leur résilience et leur bien-être, notamment en tirant parti de technologies comme le counseling virtuel, conjugué à une formation et une spécialisation uniques.

Nous espérons que vous ferez partie de cette Semaine du travail social historique qui nous offre une occasion unique de reconnaître le rôle essentiel et l'importance des travailleurs sociaux à l'échelle locale et de la province alors qu'ils participent au soutien du bien-être émotionnel, mental et physique de tous les Ontariens, tant individuellement que collectivement. Vous trouverez ici des outils à l'usage des employeurs qui vous aideront à manifester votre reconnaissance envers les travailleuses et travailleurs sociaux qui comptent parmi vos précieux collègues et membres de votre équipe, ainsi que des réponses aux questions fréquemment posées sur le rôle important que jouent les travailleuses et travailleurs sociaux dans tous les systèmes et milieux.

Récemment, nous avons demandé aux Ontariens de nous faire part de la manière dont la COVID-19 influait sur leur santé mentale et leur résilience. Bon nombre d'entre eux ont dit qu'ils avaient envisagé d'avoir recours à des soutiens en matière de santé mentale au cours de la dernière année, notamment d'obtenir l'aide d'un travailleur social si l'accès y avait été plus facile. Vos réponses nous ont confirmé que notre priorité absolue doit être de poursuivre notre intervention en faveur de l'accès aux travailleurs sociaux et de contribuer à concevoir des modèles novateurs permettant de soutenir un système plus efficace, plus équitable et plus orienté sur la collectivité, afin d'aider tous les habitants de l'Ontario à s'épanouir.

Nous sommes bien engagés sur la voie du mieux-être. Nous savons que les difficultés auxquelles bon nombre d'entre nous sont confrontés semblent beaucoup trop souvent insurmontables. Il est normal d'admettre que les choses ont été difficiles. Il est normal de demander de l'aide. Nous sommes là pour vous. Vous n'êtes pas seuls. Au nom de l'ATTSO et de nos membres, nous vous remercions de participer à la Semaine du travail social de cette année et de vous adresser à nous dans les moments déterminants.

Les travailleuses et travailleurs sociaux : de vrais experts pour la vraie vie.

Rétrospective de l'année

Aux premières lignes de ce qui vous importe le plus
Gens épanouis > Collectivités en santé > Une société meilleure
 
 

Ici quand vous avez eu le plus besoin de nous

De la pratique privée aux soins communautaires : de vrais experts pour la vraie vie

Réponses à vos questions :

Les travailleuses et travailleurs sociaux inscrits (TSI) fournissent une multitude de services visant à aider des personnes de tous âges, de tous horizons et de tous niveaux de revenus à résoudre les problèmes qui ont une incidence sur leur vie quotidienne. En tant que membres de la plus importante profession réglementée offrant des services de counseling et de psychothérapie en personne et en mode virtuel en Ontario, les TSI aident les enfants, les jeunes et les adultes à :

  • Gérer le stress, l'anxiété, la dépression, les traumatismes et les troubles liés à la consommation de substances.
  • Contrer l'intimidation au travail, le harcèlement et le stress des employés/l'épuisement professionnel.
  • Atténuer les difficultés relationnelles et les conflits familiaux.
  • S'adapter aux crises de la vie telles que la maladie, l'invalidité et le stress des soignants.
  • Gérer le deuil et la perte.

Les TSI indiquent également aux gens comment accéder à des ressources importantes dans leur milieu et les aident à se retrouver dans des systèmes complexes. Les TSI exercent parfois leur profession au sein d'équipes de professionnels dans le but de favoriser la santé mentale et le bien-être, et de promouvoir la justice sociale, la diversité et l'inclusion dans de nombreux environnements communautaires tels que les écoles, les centres de santé communautaires, les hôpitaux, les foyers de soins de longue durée et les établissements correctionnels, pour n'en citer que quelques-uns. Les TSI travaillent également de manière indépendante ou avec des équipes de professionnels de la santé mentale dans des cabinets privés.

Les travailleuses et travailleurs sociaux inscrits (TSI) apportent une perspective unique à leur travail parce qu'ils tiennent compte de la personne dans le contexte familial, professionnel et communautaire, ainsi que du lien entre les problèmes personnels et les grands enjeux sociaux en général dans l'élaboration d'un plan de soutien. Une telle approche est particulièrement utile dans les situations complexes où une personne est en butte à des difficultés dans plus d'un domaine de sa vie. Les TSI commencent par évaluer votre situation particulière et vous aident à déterminer la source de votre stress ou de vos problèmes, à renforcer vos capacités d'adaptation et à trouver des solutions efficaces susceptibles d'améliorer votre santé mentale et votre bien-être. Les TSI s'efforcent d'offrir un soutien adapté à la culture et de fournir des ressources linguistiques et culturelles appropriées et ils vous mettent en contact avec elles si vous le désirez.

Les travailleuses et travailleurs sociaux sont titulaires d'au moins un ou de plusieurs diplômes universitaires en travail social, soit d'un baccalauréat en travail social (BSS), d'une maîtrise en travail social (MSS) ou d'un doctorat en travail social (Ph. D.). Leurs études, leur formation et leurs connaissances spécialisées en travail social les rendent particulièrement qualifiés à fournir une gamme de services de counseling, de psychothérapie et de gestion de cas. En outre, dans le cadre de leurs études, les travailleurs sociaux reçoivent une formation sur la pratique antioppression et antiraciste. Ils sont donc en mesure d'évaluer les effets du racisme, de l'oppression et de la discrimination sur la santé mentale et d'en tenir compte. Enfin, dans le cadre des exigences en matière de maintien de leur compétence, les travailleuses et travailleurs sociaux inscrits (TSI) ont recours à une formation annuelle continue afin de demeurer à jour dans leur domaine de pratique. De nombreux TSI ont une formation spécialisée et possèdent de l'expérience auprès de populations particulières, entre autres les membres de la communauté LGBT2SQ+, les enfants et les jeunes, les personnes âgées, les personnes neurodivergentes (c'est-à-dire les personnes atteintes de TDAH et d'autisme) et qui souffrent de troubles alimentaires, pour n'en citer que quelques-uns.

Oui, bon nombre de travailleuses et travailleurs sociaux font connaître leur race, leur origine ethnique ou leur orientation sexuelle puisque leur situation leur permet d'avoir une compréhension unique et approfondie des besoins des personnes et des familles qui appartiennent aux communautés PANDC et LGBT2SQ+. Si vous préférez faire appel à une travailleuse ou un travailleur social de votre propre communauté, nous vous encourageons à rechercher ou à demander une professionnelle ou un professionnel avec qui vous vous sentez le plus à l'aise. Vous trouverez ci-dessous plusieurs sites Web qui peuvent vous aider dans votre recherche d'un d'une travailleuse ou d'un travailleur social inscrit (TSI) membre de la communauté PANDC ou LGBT2SQ+.

Les travailleuses et travailleurs sociaux inscrits (TSI) sont réglementés par l'Ordre des travailleurs sociaux et des techniciens en travail social de l'Ontario. Ainsi, les TSI sont tenus de respecter un Code de déontologie et des Normes de pratique. Pour utiliser le titre de « travailleuse sociale » ou de « travailleur social », une personne doit être inscrite auprès de cet Ordre. Lorsqu'une personne est inscrite à l'Ordre, son nom est suivi des initiales TSI (travailleuse sociale inscrite/travailleur social inscrit). Pour vérifier si une personne est une ou un TSI, consultez le Tableau en ligne sur le site OCSWSSW.org. Vous pouvez également communiquer avec l'Ordre par courriel à [email protected].

Les services de travail social ne sont généralement pas couverts par l'Assurance-santé de l'Ontario, sauf si votre prestataire de soins de santé local vous dirige vers ces services, comme votre équipe de santé familiale, l'hôpital, ou dans le cadre de soins de longue durée et de soins à domicile et en milieu communautaire. En outre, il est possible de demander des services de travail social et d'y avoir accès gratuitement par l'intermédiaire de plusieurs organisations que finance l'État, comme l'école de votre enfant ou un organisme communautaire qui offre de tels services. Vous n'avez généralement pas besoin d'une recommandation pour faire appel à un TSI dans ces cas, mais vous pourriez vouloir discuter des circonstances qui vous concernent et demander une recommandation. Pour accéder aux services communautaires publics, veuillez composer le « 211 » ou visiter le site https://211ontario.ca/fr/.

Les travailleuses et travailleurs sociaux inscrits (TSI) en pratique privée sont des travailleuses et travailleurs indépendants qui facturent un tarif horaire pour leurs services. Ces frais ne sont pas couverts par l'Assurance-santé de l'Ontario, mais ils peuvent l'être par un régime de santé privé ou par votre régime collectif d'avantages sociaux. Consultez le www.FindASocialWorker.ca pour obtenir une liste des travailleuses et travailleurs sociaux en pratique privée.

En Ontario, la majorité des assureurs couvrent les services de psychothérapie et de travail social que fournissent les travailleuses et travailleurs sociaux inscrits (TSI). Toutefois, chaque employeur négocie individuellement avec l'assureur les services inclus dans son régime collectif d'avantages sociaux. En dernier ressort, c'est l'employeur qui décide de la conception du régime et des types de couvertures. Si vous n'êtes pas certain(e) que vos prestations d'assurance maladie complémentaire comprennent les services de psychothérapie et de travail social des TSI, il est important de contacter votre assureur et de vous renseigner à ce sujet avant de retenir les services d'une travailleuse ou d'un travailleur social. Dans le cas où les services de psychothérapie et de travail social fournis par un TSI ne figurent pas actuellement sur la liste des services professionnels couverts par votre régime d'assurance, vous pouvez demander à ce qu'ils y soient ajoutés.

Les services virtuels se sont multipliés et font désormais partie de notre vie quotidienne, notamment en ce qui concerne la manière dont les travailleuses et travailleurs sociaux inscrits (TSI) « rencontrent » leurs clients et les aident. Face à la demande croissante de moyens de communication de substitution, les TSI fournissent fréquemment des services de counseling et de psychothérapie virtuels à leurs clients par le biais de la technologie électronique et numérique, tout en préservant la vie privée et la confidentialité de l'information recueillie ou stockée. Les TSI doivent utiliser une plateforme virtuelle conforme à la Loi sur la protection des renseignements personnels sur la santé (LPRPS), la loi qui régit la manière dont les renseignements personnels sur la santé peuvent être recueillis, utilisés et divulgués en Ontario. Les TSI sont également tenus de s'assurer que toute information sur les clients transmise par voie électronique l'est de manière sécurisée de façon à en protéger la confidentialité.

CERTAINS ONTARIENS OBSERVENT UNE DÉTÉRIORATION DURABLE DE LEUR SANTÉ MENTALE, TANDIS QUE D’AUTRES MENTIONNENT FAIRE PREUVE D’UNE PLUS GRANDE RÉSILIENCE UN AN APRÈS LE DÉBUT DE LA PANDÉMIE

Un sondage révèle les réalités entourant la santé mentale, les comportements relatifs aux services de consultation en ligne et les obstacles à l’accès aux services de soutien en santé mentale

TORONTO, Ontario, 1er mars 2021 – Plus de la moitié des Ontariens (53 %) qui ont récemment répondu à un sondage au sujet des répercussions de la COVID-19 sur leur santé mentale ont déclaré que celle-ci était très bonne ou excellente avant le début de la pandémie. Un an plus tard, les deux tiers d’entre eux (64 %) ont indiqué que la pandémie leur a permis de développer une plus grande capacité de résilience, tandis qu’environ la moitié (45 %) des répondants affirment que la COVID-19 a eu des conséquences négatives durables sur leur santé mentale. Fait particulièrement préoccupant, les jeunes Ontariens (âgés de moins de 35 ans) et ceux qui avaient déjà indiqué que leur santé mentale était fragile sont beaucoup plus susceptibles d’avoir observé une détérioration de leur santé mentale en raison de la pandémie. Un sondage Léger réalisé auprès de 1 000 Ontariens âgés de 18 ans ou plus mené au nom de l’Association des travailleuses et travailleurs sociaux de l’Ontario (ATTSO) qui a été publié aujourd’hui révèle également les comportements à l’égard de la santé mentale, les obstacles à l’accès aux services de soutien en santé mentale observés par les répondants et la volonté de ces derniers à accéder à des soins en santé mentale, y compris aux services en ligne et en personne. La publication de ces résultats coïncide avec le début de la Semaine du travail social (du 1er au 7 mars) à l’échelle de la province.

« Bien que le soutien en travail social est adapté en fonction de l’environnement et de la situation uniques d’une personne, nous devons déceler les principales tendances si nous voulons fournir une réponse efficace à l’ampleur et la gravité des problèmes de santé mentale auxquels nous faisons face dans la province. » affirme la Dre Deepy Sur, chef de la direction de l’ATTSO. En tant que plus importants fournisseurs de services de psychothérapie dont la profession est réglementée en Ontario, les travailleurs sociaux sont essentiels pour aider la province à trouver la voie à suivre pour sortir de cette crise historique. »

Six répondants sur dix affirment qu’ils seront en mesure de se remettre sur pied à la suite de cette période difficile, en particulier les Ontariens plus âgés (ceux de plus de 35 ans). Un peu plus de la moitié (52 %) des répondants indiquent qu’ils se rétabliraient plus rapidement s’ils avaient accès à un soutien en santé mentale de façon régulière, et quatre répondants sur dix (39 %) déclarent avoir envisagé d’obtenir du soutien en santé mentale au cours de la dernière année. Bien que les personnes âgées de moins de 35 ans soient plus susceptibles d’éprouver des problèmes de santé mentale, sur une note positive, les personnes comprises dans ce groupe d’âge sont nettement plus susceptibles de croire qu’elles pourraient se rétablir plus rapidement si elles avaient accès à un soutien en santé mentale de façon régulière. De plus, les répondants compris dans cette tranche d’âge ont envisagé d’avoir recours à un soutien en santé mentale et conviennent qu’un tel service est un élément essentiel de leur santé.

Plus du tiers des répondants (37 %) ont déclaré leur intention d’avoir accès à un soutien en santé mentale au moyen de services de consultation en ligne. De plus, 74 % des répondants affirment que la prestation de services de soutien en santé mentale en ligne est une excellente façon d’accélérer et d’améliorer l’accès au soutien. Tandis que 23 % d’entre eux déclarent qu’ils demanderaient du soutien en personne seulement.

Près de la moitié des Ontariens interrogés (44 %) indiquent qu’ils envisagent de demander l’aide d’un travailleur social. Les répondants ont indiqué que le coût est le principal obstacle à l’obtention d’un soutien en santé mentale, dans une proportion deux fois plus élevée que ceux ayant mentionné les obstacles associés à un manque de connaissance des façons d’accéder aux services de soutien. De plus, les répondants qui estiment avoir une santé mentale « fragile » sont beaucoup moins susceptibles de déclarer savoir comment accéder aux services de soutien en santé mentale que ceux qui estiment avoir une meilleure santé mentale.

« Au fil du temps, les nouvelles concernant l’accès aux services de soutien en santé mentale et la mise en place de ceux-ci remplaceront les nouvelles entourant l’accès aux vaccins et la distribution de ceux-ci. Nous ne pouvons pas laisser la situation financière d’une personne dicter son accès aux soins en santé mentale et sa capacité de se rétablir, a ajouté la Dre Sur. « Nous nous tournons vers l’avenir en nous appuyant sur notre expertise du système, notre compréhension de la complexité des enjeux de santé mentale actuels et la nécessité de faire face aux répercussions démesurées de la pandémie sur la population de l’Ontario. Les 6 500 membres de l’ATTSO répartis dans tous les créneaux de la société nous donnent une perspective unique. »

Les travailleurs sociaux ont fait un travail de première ligne essentiel dans différents contextes publics et dans le domaine des soins de courte et de longue durée, en aidant leurs collègues du secteur de la santé qui étaient confrontés à des niveaux de stress sans précédent et à l’épuisement professionnel, ainsi que les familles ayant subi des pertes déchirantes. Pendant la Semaine du travail social, 20 000 travailleurs sociaux autorisés exerçant en Ontario, dont plus de 6 500 membres de l’ATTSO, participeront à la campagne « Vous n’êtes pas seuls » visant à sensibiliser la population aux besoins accrus en matière de soutien en santé mentale pour leurs clients et les gens dont les besoins sont exacerbés par les effets de la crise des opioïdes et les victimes de la traite des personnes et celles qui vivent de nombreuses autres situations d’urgence, dont bon nombre sont aggravées par la pandémie.

L’ATTSO s’efforce de promouvoir l’accès aux services de travailleurs sociaux au moyen de mesures de soutien gouvernementales et de régimes d’assurance privés afin d’aider les Ontariens qui pourraient avoir de la difficulté à obtenir le soutien et l’aide dont ils ont besoin dans le cadre du plan détaillé Vers le mieux-être de la province. L’Association a réagi rapidement lors du premier confinement en mars 2020 pour permettre aux travailleurs sociaux de répondre au besoin de services de consultation en ligne. Vous trouverez des renseignements sur la collaboration avec un travailleur social et les services de consultation en ligne à l’adresse oasw.org.

À propos de l’ATTSO

L’ATTSO est la voix du travail social en Ontario. Nous sommes une association bénévole, bilingue et sans but lucratif représentant environ 6 500 travailleurs sociaux. Tous nos membres ont un baccalauréat, une maîtrise ou un doctorat en travail social. L’ATTSO prend la parole au nom des travailleurs sociaux sur des enjeux d’intérêt pour la profession et préconise une amélioration des politiques et des programmes sociaux touchant directement la pratique du travail social et les groupes de clients desservis.

À propos du sondage Léger

Un sondage en ligne a été mené du 12 au 14 février 2021 auprès de 1001 résidents de l’Ontario à l’aide du panel en ligne de Léger.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec :
Gabriella Nobrega
[email protected]
416.930.9756

Renforcer votre résilience

Nous avons interrogé les Ontariens sur leur santé mentale après un an de COVID-19 pour connaître leur opinion sur les obstacles à l'accès et aux mesures de soutien. Ce que vous avez répondu…

*Source : Sondage en ligne réalisé auprès de 1 001 résidentes et résidents de l'Ontario entre le 12 et le 14 février 2021 par l'intermédiaire du panel en ligne de Léger.

... dans un monde branché

Depuis le printemps 2020, avec le soutien du gouvernement de l'Ontario, l'ATTSO a dispensé des formations à plus de 10 000 travailleuses et travailleurs sociaux inscrits. Ces formations spécialisées ont permis de répondre aux demandes et aux besoins de santé mentale qui ont évolué en Ontario pendant la pandémie de COVID-19 et qui sont appelés à se poursuivre. Une attention particulière a été accordée à satisfaire rapidement les besoins des travailleuses et travailleurs sociaux qui fournissent des soins complets de counseling virtuel aux groupes, aux particuliers et aux diverses populations.

Célébrez avec nous!